lundi 28 juillet 2014    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Émilien Ercolani le 21/11/2011 Article Rating
Le logo est la première image d’une marque, d’une entreprise, d’une association. Nous n’aurions jamais cru que certains logos pouvaient réellement exister. Mais si, tout est possible… même le pire. 

Quand un graphiste travaille un logo, il pense surtout à l’image qu’il souhaite renvoyer. Mais de temps à autre, certaines bourdes sont créées par le graphiste, puis validées par le client. On se demande comment, quand on voit le résultat frappant au premier coup d’œil. 

Commençons par ce logo de l’église catholique de la Commission Jeunesse Archidiocèse. Développé en 1973, il a reçu un prix d’excellence du club de direction en art de Los Angeles. Et pourtant, il évoque beaucoup de choses, mais pas vraiment celles souhaitées… 

Ce logo pour la pharmacie Kudawara est lui aussi troublant. Pas la peine d’expliquer pourquoi !

Un espacement des lettres plus judicieux aurait évité de lire « Kid sex change », plutôt que « Kids Exchange ». 

Une typographie différente aurait été plus judicieuse ici ! On lit « Megafucks » au lieu de « Megaflicks ». 

Ce logo pour le Centre de pédiatrie Arlington est tout simplement déplacé. 

Plus subtil, ce logo crée une silhouette dénudée entre les deux personnages en noir. 

L’image fait rire au premier regard. Mais moins quand on sait que c’est le logo de l’Institut d’étude orientale. Il est sensé représenter un soleil derrière un bâtiment jaune…  

Détente dans cette clinique dentaire ! 

Dommage que la souris ressemble plus à autre chose… 

Source : Hongkiat via MaRevueWeb



Notations 

Autres news Web, 2D
     25/07/2014 15:51:00 #TravailGratuit : les graphistes ont rencontré Axelle Lemair...
     24/07/2014 16:59:00 ArtFX 2014 : des courts métrages à foison (1/3)
     24/07/2014 15:52:00 Photo : la surconsommation vue par Michaël Massart
     24/07/2014 15:11:00 Avec Loop Findr, trouvez les meilleurs GIF dans les vidéos
     23/07/2014 17:30:00 Le porno, nouvel argument marketing auprès des jeunes (MàJ)
     18/07/2014 15:33:00 Nouveau logo AirBNB : plagiat ou pas ?
     10/07/2014 15:27:00 Photo : un porte-conteneurs géant redécoré par l’artiste JR
     04/07/2014 12:11:00 Apple : bye bye Aperture et iPhoto
     03/07/2014 16:09:00 YouTube déploie ses nouveaux outils pour les créateurs de co...
     03/07/2014 15:10:00 Le DK2 de l'Oculus Rift vendu déjà à 45 000 exemplaires
     02/07/2014 15:32:00 #TravailGratuit, les designers ne sont pas des pigeons !
     01/07/2014 17:11:00 Adobe Ink et Slide : en France d’ici la fin de l’année
     01/07/2014 15:11:00 Pub : Don’t Drive Drunk
     30/06/2014 16:54:00 Photoshop Express disponible sur Windows Phone
     30/06/2014 16:42:00 Foot : Luis Suarez victime… de Photoshop ?
     20/06/2014 11:04:00 Le site LaFraise va fermer ses portes
     19/06/2014 17:45:00 Adobe présente la nouvelle version de Creative Cloud !
     19/06/2014 17:07:00 Eventail de magnifiques photos de la Coupe du Monde
     17/06/2014 14:40:00 The Scribble Pen : une pipette Photoshop IRL !
     17/06/2014 12:48:00 OKI lance son application d’impression mobile pour Android

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 26/09/2013

Ulule, Kickstarter, KissKissBankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News